S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter
Benjamin Zimmer

Accueil  >  Ressources   > Blog

Benjamin Zimmer

Directeur de Silver Valley - Secteur R&D, pôles de compétitivité

Benjamin Zimmer dirige Silver Valley, le réseau qui rassemble les acteurs franciliens de la Silver Economie. Une filière en pleine croissance, portée par la courbe démographique que nous détaille cet ancien centralien.

  NN : Quels sont les objectifs de Silver Valley ? BZ : Nous nous sommes fixés l’ambition d’accélérer le développement et la mise sur le marché d’offres innovantes répondant aux usages des seniors pour favoriser le mieux vieillir tout en encourageant la création de richesses et de valeurs sur le territoire francilien. Pour réaliser cette ambition nous avons fixé quatre objectifs. Le premier est de fédérer et d’animer cette filière de la Silver économie sur le territoire d’Ile-de-France, en organisant des matinales, des conférences, des tables rondes et des conventions d’affaires. Le deuxième objectif est de sensibiliser les entreprises aux opportunités liées au vieillissement, par des interventions, des groupes de travail et la production d’études. Le troisième est de pouvoir les accompagner dans leur stratégie d’innovation et dans leur développement, y compris financier avec la Bourse Charles Foix. En fonction de leur stade de maturité et de leurs besoins qui sont évidemment différents qu’il s’agisse d’une start-up ou d’un grand groupe. Pour les jeunes pousses, nous jouons le rôle d’accélérateur, et pour des structures plus importantes, nous sommes plus un observatoire, une structure de veille des tendances des marchés et des bonnes pratiques. Nous sommes également sollicités par des structures d’investissement pour mesurer le deal flow de la filière et les opportunités d’investissement. Enfin les grands groupes nous sollicitent pour étudier des rapprochements avec des start-up et favoriser ainsi l’innovation ouverte. Notre dernier objectif vise à rendre le territoire francilien attractif via notre offre de services, notre marque « Silver Valley » en analogie à la Silicon Valley et en favorisant la localisation des entreprises dans le Sud Est parisien, plus particulièrement, au sein de la ville d’Ivry Sur Seine avec la plateforme immobilière Silver Innov, 4000m2 dédiés uniquement à de la pépinière et hôtel d’entreprises pour les jeunes entreprises de la filière.   NN : Quelles entreprises retrouve-t-on dans la Silver Valley ? BZ : Silver Valley compte aujourd’hui 270 adhérents (croissance de 20% chaque année). Cela va d’infrastructures comme AXA, les Senioriales à des groupes de prévoyances comme AG2R La Mondiale ou des constructeurs et gestionnaires de maisons de retraites comme Korian ou Colisée Patrimoine pour ne citer qu’eux. Nous comptons également de nombreuses start-up et PME dédiées à cette filière agissant dans différents secteurs d’activité (agroalimentaire, télécom, santé, transport,…). Aucun profil type ne se dégage parmi nos adhérents. La Silver Economie est une filière transversale, pas un secteur, comme celui de l’aéronautique par exemple, qui fonctionne en silo. La Silver économie concerne toutes les entreprises produisant des biens et des services. Ainsi, nous comptons parmi nos membres Microsoft, la SNCF, Essilor, Lapeyre, La Poste et Transdev. Des acteurs du monde de la formation, des écoles d’ingénieurs, de designers et de commerce. On retrouve également chez nous des cabinets de conseils spécialisés en marketing, en veille technologique ou des sociétés spécialisées en capital risk.   NN : Pourquoi la Silver Economie est-il un créneau aussi porteur ? BZ : D’abord et avant tout à cause d’une réalité mathématique implacable. Dans 4 ans, 20 millions de personnes en France auront plus de 60 ans. Or la génération qui vient d’arriver à la retraite n’a pas du tout les mêmes besoins que la précédente. Elle a de nouvelles aspirations en termes de biens et de services. Pour les entreprises, ne pas répondre à cette nouvelle demande serait une erreur stratégique. Il leur faut accompagner le vieillissement de leurs clients, comprendre les nouveaux besoins. Ce n’est pas un phénomène concentré sur la France. Il est le même dans tous les pays industrialisés, les populations vieillissent et l’économie doit se transformer pour assurer la prise en charge du vieillissement.   NN : Quels secteurs n’ont pas encore creusé le sillon de la Silver Economie ? BZ : Beaucoup d’acteurs ont très bien compris la problématique du vieillissement, c’est un phénomène facile à observer. Après, certains développent des solutions pour les seniors mais ne veulent pas communiquer dessus par peur de « vieillir » leur image de marque. Nous sommes dans une culture du jeunisme où l’on a plutôt tendance à cacher la vieillesse, à lui associer une image négative. D’autres souhaitent creuser le sillon de la Silver Economie mais ne savent pas comment faire. Des dysfonctionnements internes les empêchent de faire face au phénomène. C’est aussi à cela que Silver Valley sert, à enseigner les bonnes pratiques en termes de RH, d’investissement, de marketing et de logistique pour permettre à ces entreprises de performer. D’ailleurs, le 1er décembre, nous organisons à Ivry sur Seine, les RDVs d’affaire de la Silver économie dans le cadre de l’opération Silver Valley Day. L’occasion pour ceux qui ne sont pas encore concernés ou n’ont pas encore pris assez en considération le vieillissement de venir rencontrer les acteurs de ce secteur que nous regroupons au sein d’une convention d’affaires.   Propos recueillis par David Rozec, drozec@nomination.fr