S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter
Jean-Marie Carrara

Accueil  >  Ressources   > Blog

Jean-Marie Carrara

Fondateur GoVoit - Secteur Portails, pure players Internet

Face aux problématiques d’embouteillages, d’inadaptation des transports en commun et de santé publique, Jean-Marie Carrara tient la solution. C’est GoVoit, une application de covoiturage coordonné dynamique de porte-à-porte s’inscrivant dans l’économie collaborative. Quand productivité et bien-être se conjuguent, la route de l’innovation est pavée de bonnes intentions.

Nomination : Pouvez-vous nous en dire plus sur le service GoVoit ?

Jean-Marie Carrara : GoVoit est un service de covoiturage coordonné de porte-à-porte disponible sur smartphone. De la même façon que l’on prend plusieurs lignes de métro ou de bus, GoVoit permet à ses abonnés d’utiliser plusieurs véhicules pour réaliser un trajet. La différence c’est qu’avec GoVoit, plus besoin de se rendre à la gare, à la station de métro ou au parking de covoiturage, c’est du porte-à-porte comme avec sa propre voiture. Pour cela, GoVoit analyse, en temps réel et en continu, les mouvements de tous ses abonnés pour déterminer les combinaisons les plus rapides et optimiser les points de rencontre entre abonnés. Aux heures de pointe, nous visons un temps d’attente maximum pour passer d’une voiture à l’autre de deux à trois minutes comme pour une correspondance dans un transport en commun.

« Les embouteillages coûtent près de 35 milliards d’euros par an »

L’offre GoVoit s’inscrit complètement dans le plan de déplacements entreprise qui sera en place en 2018…

JMC : Oui, dans le plan de déplacements entreprise (PDE) et dans le Grenelle de l’environnement. En augmentant le taux d’occupation moyen des véhicules, GoVoit réduit l’émission des gaz à effet de serre, l’impact néfaste des embouteillages sur la santé publique et sur l’économie. Les embouteillages coûtent en France près de 35 milliards d’euros par an ! Autre point important, c’est le bien-être des salariés. Depuis longtemps, on cherche à améliorer les conditions de travail dans l’entreprise mais aujourd’hui, il faut aussi s’intéresser au bien-être des salariés en dehors de l’entreprise. C’est tout aussi rentable.

« 1 passager en plus par voiture = 50% de véhicules en moins aux heures de pointe »

Pouvez-vous préciser votre réponse ?

JMC : Prenons un exemple. De nombreuses entreprises pensent que le trajet domicile / travail n’entre pas dans leur champ d’intervention. Pourtant, 75% de leurs salariés doivent aller travailler en voiture et souffrent, matin et soir, d’embouteillages toujours plus fréquents, toujours plus longs et toujours plus coûteux. Le stress chronique qui en résulte épuise les salariés et délite leur structure familiale. Les retards se multiplient, l’attention baisse, les maladies cardiaques et métaboliques s’installent durablement et les arrêts de travail s’envolent. Moins productive, l’entreprise devient moins rentable. Pourtant, avec un passager de plus par voiture aux heures de pointe, le nombre de voitures chuterait de moitié ! GoVoit accélère les trajets, augmente la productivité et améliore le bien-être des salariés.

Dans cette perspective, vous souhaiteriez développer des partenariats…

JMC : L’idée, c’est d’analyser en permanence les déplacements, de voir comment éliminer les trajets inutiles, comment réduire les temps de trajet et comment permettre aux personnes d’arriver au travail dans les meilleures conditions et les meilleures dispositions. Des indicateurs aideront l’entreprise à choisir les alternatives qui renforcent sa performance tout en améliorant réellement la vie des salariés. Aujourd’hui, GoVoit est en phase de test et nous cherchons le soutien de communautés d’agglomérations et d’entreprises dans le cadre de leur PDE ou de PDIE (Plan de Déplacements Inter-Entreprises) pour implanter GoVoit, le plus rapidement possible, sur cinq à dix sites pilotes en France. Au final, l’utilisation de GoVoit doit devenir aussi naturelle et automatique que celle des transports en commun et de la voiture personnelle.

« La rémunération des courses est reversée à 100% aux covoitureurs »

L’offre GoVoit pourrait-elle être prise en charge financièrement par les entreprises ?

JMC : La loi oblige déjà les entreprises à assumer 50 % des frais de transports. GoVoit fonctionne sur abonnement (6 euros par mois pour un abonnement d’un an) auquel s’ajoute un montant de 6 à 8 cents par kilomètre ; montant entièrement reversé aux covoitureurs. GoVoit n’est ainsi rémunérée que par les abonnements.

Avez-vous une devise que vous appliquez à votre vie professionnelle ?

JMC : To make your life easier !