S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter
Keyvan Nilforoushan

Accueil  >  Ressources   > Blog

Keyvan Nilforoushan

Deputy CEO de Onefinestay - Secteur Tourisme, Hôtellerie

Keyvan Nilforoushan vient de prendre le poste de Deputy CEO de Onefinestay, start-up aux origines londoniennes spécialisées dans la location de résidences d’exception entre particuliers. Il revient pour Nomination sur les circonstances de sa prise de poste et l’avenir de Onefinestay, quelques mois après son rachat par le groupe AccorHotels.

NN : Pouvez-vous nous présenter Onefinestay ? KN : Nous proposons à nos clients une expérience distinctive dans des résidences d’exception, dont les propriétaires sont momentanément absents. Nous fournissons un service complet, « clés en main », permettant aux voyageurs de vivre à l’heure locale. Nous sommes présents à Paris, New York, Los Angeles, Rome et Miami et depuis le mois d’avril, nous faisons partis du groupe AccorHotels.   NN : Dans quel contexte intervient votre Nomination ? KN : Suite au départ de Greg Marsh, notre CEO, nous avons réorganisés le top management de la société avec notamment ma nomination au poste de Deputy CEO. J’étais précédemment vice-président Europe de Onfinestay que j’ai rejoint en 2012 avec pour mission d’ouvrir notre antenne parisienne.   NN : Quelles sont vos nouvelles responsabilités ? KN : En temps que vice-président Europe, je m’occupais surtout de délivrer le service dans nos villes européennes. Aujourd’hui, mes responsabilités incluent la génération du chiffre d’affaires et la gestion du pôle technologies, un sujet stratégique pour une société digitale comme la nôtre.   NN : Quels seront vos dossiers prioritaires à ce poste de deputy CEO? KN : Dans les mois à venir, je vais m’atteler à l’extension de notre réseau de distribution et à l’amélioration de notre technologie, en utilisant toutes les ressources mises à notre disposition par le groupe AccorHotels.   NN : Qu’a changé l’acquisition de Onefinestay par le groupe AccorHotels ? KN : Nos relations avec le groupe sont fréquentes, mais nous restons une entreprise à part entière avec notre gouvernance propre et notre siège à Londres. Nous avons des échanges stratégiques avec AccorHotels, le but étant de faire mieux ensemble que ce que nous aurions fait seul. Pour autant, ils ne sont pas dans l’ingérence. Ils se contentent de nous aider dans les domaines où leur expérience peut nous être utile. Je pense notamment à la distribution, nous ne sommes pas une place de marché et la plupart de nos effectifs sont sur le terrain. AccorHotels fonctionne sur le même modèle et nous apporte son savoir-faire et ses ressources. Au final, nous sommes complémentaires, nous attirons les mêmes clients pour des voyages différents. Une personne qui passe 3 nuits dans un Sofitel à Rome pour raisons professionnelles, reviendra 2 semaines avec sa famille via Onefinestay et en profitera pour découvrir la ville.   NN : La société a-t-elle de nouvelles ambitions depuis le rachat ? KN : Nous avons vocation à être présent dans toutes les grandes métropoles. Il n’est pas évident de développer une entreprise comme la notre à l’international, sachant que chaque ouverture nécessite une présence locale, 7 jours sur 7. Les ressources d’AccorHotels vont nous permettre de maintenir notre niveau de prestation à chaque nouvelle ouverture. Nous allons également développer notre offre de service. Nous n’avons pas de concierge chez Onefinestay, notre volonté est de proposer un ami en ville à qui nos clients peuvent demander conseil. Ils nous restent donc beaucoup d’options à explorer pour rendre le parcours du client encore plus agréable.   NN : Que signifie l’acquisition de Onefinestay dans la stratégie d’AccorHotels ? KN : AccorHotels réussit à concilier différentes approches en matière d’innovation. Ils développent de nouveaux concepts en interne, comme c’est le cas avec Jo&Joe par exemple. Ils ont des prises de participations au sein de start-up dans une logique d’apprentissage mutuel. Enfin, ils rachètent à 100%, de jeunes entreprises comme la notre, sur des segments plus stratégiques. Sur notre marché, il y a énormément d’opérateurs qui gèrent 20, 30 résidences depuis des décennies, sans jamais réussir à grandir, il est donc nécessaire de le consolider. Dans le haut de gamme, il faut des prestataires qui garantissent un service complet et apportent une certaine sérénité aux loueurs comme aux clients. AccorHotels avait besoin d’un opérateur comme Onefinestay, les places de marché ayant moins de poids sur le secteur du haut de gamme que sur celui de la location pour petits budgets.   NN : Quels sont vos rapports au quotidien avec le groupe AccorHotels ? KN : J’espère que nous leur apportons aussi de notre côté. La vitesse de communication et la transparence au plus haut niveau de management sont au-delà de ce que j’ai pu observer dans d’autres groupes. AccorHotels a énormément fait pour casser les barrières et les silos et créer de la communication.   Propos recueillis par David Rozec, drozec@nomination.fr